Avec un label de qualité, vous ne vendez pas d’air

Logo's CE, Benor en KOMO

Dans un projet de construction, chaque partie vise la meilleure qualité possible. L’art du métier joue un rôle important à cet égard, tout comme l’utilisation de produits appropriés et de qualité. Après tout, la qualité des matériaux de construction est essentielle pour la stabilité, la sécurité et la durabilité du projet de construction. Pour les matériaux de construction, tels que les mortiers de maçonnerie, vous pouvez vous assurer de cette qualité en achetant ou en utilisant des produits portant le label de qualité BENOR ou KOMO.

Mortier de maçonnerie : sable, ciment, eau, une pincée de bulles et prêt ?

Les produits ne reçoivent pas comme ça un label BENOR ou KOMO. Pour ce faire, ils doivent satisfaire à un cadre de référence technique géré par une organisation de certification indépendante et externe. Un exemple concret de cela est la quantité maximale d’air qu’un mortier de maçonnerie peut contenir pour se conformer au label de qualité BENOR. C’est 20%. Après tout, la quantité d’air a un impact significatif sur la qualité du mortier ; plus il y a d’air, plus l’adhérence est mauvaise et par conséquent la résistance de la construction. Grosso modo, 1% d’air en plus entraîne 5% moins d’adhérence. De plus, une forte teneur en air favorise les efflorescences.

Le gros MAIS ; plus un mortier contient d’air, plus il est facile à mettre en œuvre. Pour ceux qui ont déjà fabriqué eux-mêmes du mortier de maçonnerie, cela semble familier ; ajouter une pincée de bulles ou du liquide vaisselle pour améliorer la maniabilité du mortier. Toutefois, la pratique de la maçonnerie confirme que même de petites doses de ces additifs augmentent la teneur en air de 5 à 10% et entraînent donc des modifications majeures dans le mortier gâché.

L’art est donc de produire un mortier qui est agréable à manipuler et qui respecte en même temps la teneur en air maximale. Compte tenu du fort impact d’une teneur élevée en air sur la qualité, on considère même que les exigences en matière de certification BENOR seront portées de 20 à 18%.

Marquage CE vs label BENOR ou KOMO

Vous pouvez considérer un marquage CE comme la carte d’identité d’un produit. Il contient des informations utiles concernant un certain nombre de caractéristiques du produit, ce qui indique que le produit est conforme et peut donc être commercialisé.  Un label de qualité Benor ou KOMO définit des exigences supplémentaires qui contribuent à la qualité, comme le taux d’air. Contrairement au marquage CE auquel, en tant que fabricant, vous devez soumettre vos produits si une norme de produit harmonisée existe, un label BENOR ou KOMO n’est pas obligatoire. C’est un label de qualité volontaire ce qui signifie que le fabricant s’impose des exigences de qualité plus strictes.